La vie éphémère d’un vélo hambourgeois

Le mois dernier, je suis rentré dans le cercle toujours plus grand des Hambourgeois s’étant fait faucher leur vélo. Bon, pour le coup, c’est un peu de ma faute puisque je ne l’avais pas attaché (oui je sais). J’ai tenté le diable en le laissant sans antivol durant deux petites heures et en sachant pertinemment quel risque je courais. Et bien, comme attendu ça n’a pas raté, en revenant il avait disparu. Mon fidèle compagnon de ces 4 dernières années a donc rejoint la longue liste des vélos portés disparus à Hambourg. Malgré des lumières cassées et un seul frein en état de fonctionnement, il a quand même été emporté par un lâche voleur. Alors oui, c’est bien fait pour moi, j’aurai dû le cadenasser, mais vous vous doutez bien que je n’avais pas d’autre choix à ce moment là. Néanmoins, depuis quelques années, le vol de vélo est devenu une véritable épidémie outre-Rhin. En ville, vous connaissez forcément quelqu’un qui s’est fait piquer son Fahrrad.

vélo lumières rue soir outre-rhin
Une proie facile.

Le vélo: une espèce très recherchée

La durée de vie d’un vélo allemand est en général très courte. Qu’il soit beau ou moche, jeune ou vieux, neuf ou d’occasion et avec antivol ou sans, vous avez toutes les chances de vous le faire dérober un jour ou l’autre. Quand bien même, il serait attaché avec le plus cher et solide des antivols, rien ne peut garantir qu’il passerait la nuit sain et sauf. Ce ne sont certainement pas les fabricants et vendeurs de vélos qui s’en plaindront. D’ailleurs, le marché de l’occasion bat également son plein, entre autre dans les nombreux marchés aux puces de la ville où la provenance des bicyclettes est incertaine.

Pour prendre un autre exemple, ma chère et tendre s’est déjà fait dérober deux vélos en trois ans. Le premier laissé à peine 10 minutes devant la porte de la maison (sans l’attacher, la honte…), et le second après seulement une nuit dans la rue et pourtant bien arrimé. Ce dernier avait même un siège-enfant. Ces enfoirés de malandrins n’ont décidément pas de cœur.

En faisant une petite recherche sur Internet, il est aisé de se rendre compte de l’ampleur du phénomène en Allemagne. Rien qu’à Hambourg, on trouve le chiffre d’environ 17.000 vélos volés par an. Outre-Rhin, le total dépasse les 300.000 chaque année. Le pire c’est qu’il ne s’agit là que des vols déclarés à la police ! C’est à dire, seulement le sommet de l’iceberg… Et, bien évidemment seule une partie infinitésimale sera retrouvée, dont une partie encore plus infime sera restituée aux propriétaires. Car, seuls les vélos préalablement enregistrés et numérotés peuvent être rendus. Bref, autant vous en racheter un autre tout de suite. Afin d’illustrer ces chiffres, un dernier exemple. Au printemps dernier, la police d’Hambourg a fait la découverte d’une nouvelle cache contenant pas moins de 3500 vélos volés. Le business ne connait pas la crise.

Quoiqu’il en soit, la seule parade possible est l’achat d’un antivol solide. Et, pour avoir l’esprit serein, il faut accepter de devoir se trimballer un antivol de 3 kg en kevlar. Mais malgré tout, rien n’empêchera un gredin bien équipé de s’emparer de votre vélo adoré à la prochaine opportunité. Car, n’oubliez pas c’est l’occasion qui fait le larron. Votre voisin de pallier n’est peut-être pas si innocent qu’il n’en a l’air…

vélo volé hambourg outre-rhin
Au moins, celui-là était bien attaché.

Stadtrad, l’alternative locale

Le Vélib’ hambourgeois s’appelle Stadtrad. A l’instar de son homologue parisien, et plus largement de nombreuses métropoles françaises, allemandes ou européennes, le service de location de vélos de la ville d’Hambourg est une solution efficace afin d’éviter de se faire tirer le sien. Il est rouge, il pèse deux tonnes, il ne va pas vite, mais en général il est en bon état. Il vous permet de rouler gratuitement par tranche de 30 minutes et de le reposer ensuite dans l’une des innombrables stations de la ville. Certes, on est loin du vélo de hipster mais il est parfait pour faire une petite balade sans se tracasser avec des soucis de brigandage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *