Hambourg, la plus belle ville du monde. Vraiment ?

Au cours d’une promenade, en écoutant la radio ou bien en lisant la presse locale, il n’est pas rare d’entendre ou de lire qu’Hambourg est la plus belle ville du monde, “die schönste Stadt der Welt“. Si si, puisqu’on vous le dit. Le sujet avait déjà été brièvement abordé dans un article précédent, mais aujourd’hui nous allons enfin étudier le bien fondé de cette affirmation. Alors bien sûr, la première fois que cette expression arrive jusqu’à vos oreilles, vous vous dites: “quelle bande de déconneurs ces Hambourgeois !”. Et puis non, en fait ils sont tout ce qu’il y a de plus sérieux. Bon, ce n’est pas que la ville soit moche, elle dispose quand même de certaines qualités (architecturales, naturelles et culturelles), mais de là à affirmer qu’elle serait LA plus belle du monde, il y a un pas qu’il me semble difficile de pouvoir franchir.

musiciens hambourg
Willkommen in Hamburg ! (pixabay)

L’architecture hambourgeoise

Qualifier Hambourg, ou tout autre ville, d’être la plus belle ville de la planète est bien évidemment osé et très subjectif. Je suppose que les Munichois habitent également dans la plus belle ville de l’univers et qu’ils doivent trouver bien des défauts à Hambourg. Mais, les Hambourgeois sont très fiers de leur ville et ils aiment le dire et le répéter.

Bref, Hambourg est-elle une ville belle, visuellement parlant ? Avant toute chose, il ne faut pas oublier que la ville a été détruite à 80% par les bombardements pendant la Deuxième Guerre Mondiale. Ainsi, une bonne partie du patrimoine architectural a été ravagée ou a tout simplement disparu de nos jours. La rénovation des bâtiments anciens a été refaite à l’identique quand c’était possible mais des quartiers résidentiels entiers ont dû être reconstruits entièrement au plus vite et au moins cher. Principalement, on retrouve deux grands types de constructions aux styles bien distincts. D’un côté, d’élégantes bâtisses aux murs blancs, et hors de prix, sur les rives du lac Alster, ou encore de somptueux édifices aux façades immaculées dans certains quartiers huppés tels Eppendorf, Winterhude ou Eimsbüttel. De l’autre, des rues semées d’immeubles d’habitations en briques rouges, architecture typique de la ville et de l’Allemagne (surtout dans le nord du pays).Il faut remonter au Moyen-Age pour voir apparaitre ce qui est devenue une tradition par la suite: les constructions en briques “Klinker” ou “Backstein”. On aime ou on aime pas… Mais, si vous aimez ça, alors bienvenue au paradis !

Entre les deux, des bâtiments de toutes les époques d’après-guerre à aujourd’hui. Le moderne s’appelle Neubau et on en construit absolument partout à cause du manque criant de logements. D’autres bâtiments plus anciens (Altbau) seront un jour ou l’autre rénovés afin de satisfaire la demande immobilière continue et croissante. D’ailleurs, le prix de l’immobilier (achat et location) est un réel problème à Hambourg et mériterait qu’on s’y arrête une prochaine fois.

Bref, selon mon humble avis, la trop grande hétérogénéité des styles architecturaux, mais aussi son port et ses grues, font d’Hambourg une ville plus atypique que magnifique. Les anciens entrepôts marchands des quartiers portuaires de la Speicherstadt en sont le plus parfait exemple. C’est un splendide héritage du patrimoine industriel de la fin du 19ème siècle, aujourd’hui classé à l’Unesco.

Côté rue, l’agglomération est malheureusement traversée par de trop nombreuses artères routières qui séparent les quartiers et agissent comme des frontières invisibles (sans parler de l’attente aux feux pour les piétons). A cela, je rajouterais que je supporte de moins en moins le bruit incessant de la circulation automobile et des travaux à tous les coins de rue. Oui je sais, je vieillis…

Toutefois, le grand atout d’Hambourg ne réside pas dans son architecture, mais se trouve plutôt dans la facilité offerte à ses habitants d’oublier la frénésie urbaine en se ressourçant dans la verdure et sur l’eau. Et, le tout sans avoir à quitter la ville.

rathaus hotel de ville hambourg
Rathaus – Hôtel de Ville (pixabay)

Hambourg ou la nature omniprésente

Hambourg est une très grande ville (superficie: 750 km²) où vivent presque 2 millions d’habitants. Mais, elle a su rester une ville verte par excellence. Au contraire d’autres grandes métropoles et capitales européennes, elle offre de nombreux parcs et espaces verts à ses résidents qui peuvent ainsi se couper de la vie citadine stressante. Avec 71% de sa surface recouverte de végétation, Hambourg est la ville (de plus de 500.000 habitants) la plus verte d’Allemagne (capitale verte d’Europe 2011). A titre d’exemple, rien que le cimetière verdoyant d’Ohlsdorf s’étend sur 4 kilomètres carrés. Dans un registre plus joyeux, les parcs “Altonaer Volkspark” et “Stadtpark” couvrent une superficie de plus d’un kilomètre carré chacun. Faites chauffer les barbecues ! Au-delà des immenses parcs, les rues sont elles-même plantées de milliers d’arbres, ce qui permet à tous de se sentir un peu moins entouré de béton.

Non seulement Hambourg est une ville verte, mais elle est également traversée d’eau de part en part. L’ancienne cité hanséatique est réputée pour ses nombreux cours d’eau, lacs et canaux. Située sur les bords de l’Elbe, la ville est bercée par une faible marée toute l’année. Elle dispose d’ailleurs de nombreuses plages fluviales situées dans les quartiers périphériques ouest, où il fait bon boire une bière en regardant passer les cargos. La ville est également parcourue par la rivière Alster du nord au sud, un affluent de l’Elbe, qui se transforme en lac(s) en son cœur, avant de terminer sa course dans le fleuve au niveau du port. Enfin, un long réseau de canaux parcourt les quartiers nord et est du lac en passant sous des dizaines de ponts et de rues. Sans même mentionner les quantités de flotte venues du ciel qui provoquent chaque année des inondations.

Cette abondance d’espaces aquatiques a permis le développement de très nombreuses activités sportives: voile, canoë, aviron, kayak, stand-up paddle (SUP pour les intimes) et j’en passe. Les Hambourgeois sont sportifs et ils ne ratent pas une occasion (comprendre: un rayon de soleil) pour en profiter. Il faut dire qu’une promenade sur les berges du lac offre un magnifique panorama sur l’horizon devant vous. Une impression d’être en vacances rien qu’en observant les voiliers qui voguent sur les flots bleus, les nombreux glaciers devant lesquels des files d’attente se forment ou encore les buvettes où se désaltérer. Les parents et poussettes se baladent, les cyclistes flânent et les joggeurs et joggeuses râlent à cause de tous ces promeneurs distraits.

Cependant, les multiples grues qui parsèment le paysage autour de vous, les nombreuses flaques d’eau persistantes, ainsi que les passants en coupe-vent et bottes en caoutchouc au mois de juillet vous rappellent à la réalité de la ville du nord. Malgré tout, l’omniprésence de l’eau et de la végétation fait d’Hambourg une agglomération agréable à vivre au quotidien.

Le climat de la plus belle ville du monde

Attention sujet sensible. Est-ce que la météo joue dans la balance lorsqu’on parle de la plus belle ville du monde ? Si pour vous c’est un élément secondaire, alors oui, Hambourg peut prétendre à la première place du classement. Si par contre, en été, du soleil et une température supérieure à 17 degrés sont primordiaux pour votre moral, alors Hambourg peut aller se rhabiller. Comme je compte développer plus longuement ce point extrêmement délicat au cours d’un prochain article, je ne m’y attarderais pas davantage aujourd’hui. Mais, pour faire court, comprenez bien que le poids cumulé des avantages liés à la nature florissante et à l’eau rafraichissante ne pèse pas lourd quand la météo ne suit pas pour pouvoir en profiter. Coincés entre la mer du Nord et la Baltique, nous sommes loin de bénéficier d’un climat méditerranéen ! Vivement que le réchauffement climatique arrive jusque là-haut…

Quoiqu’il en soit, et nous ne serons de toute façon jamais d’accord sur le choix de la plus belle ville du monde, Hambourg est loin d’être le pire endroit de la terre pour vivre. Et qui sait, un jour de grand beau temps, debout sur sa planche de paddle entouré de voiliers au milieu du lac, alors oui, peut-être qu’Hambourg pourrait prétendre au titre de plus belle ville du monde…

lac alster voiliers hambourg
Métro, boulot, à l’eau !

PS: allez, et parce que je ne suis pas mauvais joueur, je signale qu’en début d’année le prestigieux New York Times a placé Hambourg en dixième position des “52 places to go in 2017“.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *